Quel orateur es-tu?

Le « milieu de l’éloquence ». Tout le monde en parle, à demi-mots le plus souvent. On le connaît sans le connaître, on rêverait de l’intégrer sans savoir ce que l’on pourrait y trouver. Qui nous y attendrait ? Car ce « milieu » regorge de créatures aussi envoûtantes qu’effrayantes. Les orateurs comme on les appelle, dominent en maîtres ce royaume où le verbe est l’épée de tous, et où les mots comptent pour de l’or. Alors, ami, toi qui souhaite pénétrer ce monde merveilleux où la gloire attend ceux qui combattent vaillamment, sache que tu devras affronter plus d’un soldat vigoureux. Chevaliers de la langue française, ils ont cinq principaux profils que j’ai répertoriés pour toi. Et toi, ami du « monde de l’éloquence », qui a déjà fait tes preuves ou qui ne tardera pas à les faire, toi qui es déjà élu parmi les élus, sache qu’il te faudra encore plonger en toi-même pour découvrir quel type d’orateur tu es vraiment, cela afin de te permettre de connaitre tes points forts et tes faiblesses, et de toujours t’améliorer. Car en ce royaume, nul n’est champion à jamais.

Je précise, avant que tu ne commences ce texte, que tu n’es sûrement pas tel ou tel type d’orateur à 100%. Ce test n’est pas non plus infaillible, mais il te permettra de déceler les grandes tendances de ton style d’éloquence. Pour la suite, à toi de jouer !

Concernant tes études, tu es :

Tu as commencé l’éloquence :

Tu as appris les bases de l’art oratoire :


Dans la vie quotidienne, tu es plutôt :

Ton repas type serait plutôt :

À ton premier concours d’éloquence :

L’événement d’éloquence auquel tu rêverais de plaider :

La personne qui pourrait être ton mentor :

Tu es né en :

Ta tenue parfaite pour plaider :

Ton réseau social préféré :

Et enfin, pour toi, un grand orateur c’est quelqu’un :

Tu as terminé le test ? Bravo ! Maintenant répertorie tes points et regarde les résultats.

  • Tu as une majorité d’étoiles : tu es l’orateur « comique »

Tu es un orateur « comique » qui sait maitriser l’art subtile du rire. Comme on le dit souvent aux orateurs, faire rire le public est un énorme atout, car cela permet de le conquérir rapidement et de façon quasi certaine. Et de nombreux orateurs n’ont pas ce talent-là, donc profite-en ! L’orateur comique sait alterner dans son discours les moments graves et les moments légers. Il a ce grain de folie qui pourra l’emmener à transformer sa prestation en véritable homme-spectacle (forme artistique anglicisée de façon honteuse sous l’appellation commune de one-man-show). C’est là qu’est le piège : attention à rester dans la posture de l’orateur. Dans un discours, la personne ne se met pas en avant, c’est le fond, le texte, qui compte. Les mots sont la seule valeur du discours, et si la personne qui les incarne est certes prise en compte, elle ne doit pas devenir le cœur de la prestation. Attention donc aux blagues à répétitions, à l’humour douteux ou aux exagérations qui pourraient perdre le public et diminuer la qualité de ton travail.

  • Tu as une majorité de points : tu es l’orateur « théâtral »

Tu es un orateur « théâtral » qui a compris que dans un discours, le pathos est essentiel. Ton point fort est ta capacité à incarner des rôles, à manier les différents tons, à changer le rythme de tes phrases. Par la puissance de ton jeu, tu es capable d’emmener ton public à travers mille émotions. Tu peux, en cinq minutes, incarner Napoléon, Victor Hugo, François Hollande ou Aya Nakamura, et cela te permet d’illustrer à merveille tes propos. Le public te regarde, et te suit. Cependant l’orateur théâtral doit faire attention à rester dans la mesure. De nombreux orateurs ont tendance à penser que le bon orateur doit être grandiloquent. Or, en vérité, la simplicité est souvent ce qui touche le mieux le public. Dans les concours d’éloquence, on te donnera souvent des positions à défendre qui ne seront pas forcément les tiennes. Le pire, dans ces situations-là, est de les défendre d’une façon si exagérée et théâtrale que tu en deviens faux, hypocrite. Pour être sincère, il faut être simple. Attention donc aux grandes envolées lyriques, aux pleurs ou aux appels à la vengeance : plus ils sont limités, plus ils seront efficaces.

  • Tu as une majorité de carrés : tu es l’orateur « scolaire »

Tu es un orateur « scolaire », et pour toi ce n’est qu’en apprenant qu’on peut progresser. Tu as tout à fait raison. Si certains considèrent que l’éloquence est un art inné, que certains ont et d’autres pas, c’est un avis partagé et, dans tous les cas, cela demande beaucoup de travail d’entretien ou d’apprentissage. Pour apprendre la rhétorique, tu lis des livres, tu étudies les maîtres de la parole : Cicéron, Aristote, Descartes et d’autres. Ton atout est que tu prends le temps de te former, tu fais des exercices, tu es appliqué et tes prestations sont toujours le fruit de nombreuses répétitions. Mais ne t’arrête pas là ! L’éloquence, c’est aussi du lâcher-prise, un peu de folie parfois, mais surtout, c’est apprendre à livrer une partie de soi. Tout ne s’apprend pas dans les livres, et en prenant la parole lors d’exercices avec d’autres orateurs tu pourras encore plus progresser. N’hésite pas à travailler sur ton improvisation : durant ton discours, prévois un endroit où, pendant quelques minutes, tu parleras sans note, à cœur ouvert, en fixant le jury des yeux. Ce jeux du regard et de l’improvisation te fera marquer des points !

  • Tu as une majorité de trèfles : tu es l’orateur « improvisateur »

Tu es un orateur « improvisateur », mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ton discours est tout sauf improvisé. Au contraire, tu es probablement un orateur expérimenté, anciennement « scolaire » ou « comique » par exemple. Ce n’est qu’au bout de plusieurs années de travail que tu es devenu improvisateur. L’orateur improvisateur sait manier l’éloquence et la rhétorique. Il a une bonne technique, et a compris que le plus important dans un discours est la sincérité, et que celle-ci ne s’acquiert réellement qu’à partir du moment où il accepte de se détacher de ses notes pour jouer avec son regard. De nombreuses émotions peuvent passer par le regard. Les yeux appuient ton discours bien plus surement que tes gestes. Il ne faut donc pas négliger le regard, et effectivement, c’est en lâchant ton discours des yeux et en te lançant dans l’improvisation que tu y arriveras. Tes discours sont le fruit de longues réflexions, pensées. Mais attention ! Tu es peut-être également un mauvais improvisateur. Il ne faut pas penser que l’improvisation est l’art de parler sans note, sans avoir préparé son discours. L’orateur « improvisateur » est tenté d’aller plaider « à la cool » en pensant que son charme et sa parole fluide feront l’affaire. Mais il n’y a rien de pire pour un jury qu’écouter un orateur qui visiblement n’a rien préparé et se contente d’improviser sur place. Attention donc à cet écueil !

  • Tu as une majorité de triangles : tu es un orateur « technicien » 

Tu es un orateur « technicien », et tu prends le mot « art oratoire » au pied de la lettre. Pour toi, l’éloquence est un art subtile et délicat qu’il faut apprivoiser. Il faut en connaitre les bases, les techniques, et tu mets un point d’honneur à déceler toutes les subtilités de la langue française. Tes discours regorgent de figures de style, de vocabulaire recherché. Ton argumentation est implacable, carrée. Tu construis ton syllogisme et veille à ce qu’aucune brèche ne soit ouverte qui permettrait à l’adversaire de s’y engouffrer pour te contredire. Tout est imparable, de la couleur de ta cravate au point final de ton discours, et tu es d’ailleurs souvent cité en exemple comme l’orateur « sans peur et sans reproche ». Tu es sobre, et efficace. À ce niveau, on ne pourra pas te reprocher ton manque d’éloquence, mais peut-être ton manque d’audace, de folie. N’hésite pas à sortir de ta zone de confiance et à te risquer dans des registres que tu manies un peu moins bien : l’humour, l’improvisation, le théâtre. À force d’entrainement, tu arriveras surement à maitriser ces autres qualités qui ne feront qu’ajouter des cordes à ton arc.

Marguerite Quadrelli

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *